[VIDÉO] Projet de recherche Emotive VR : Imaginer des nouvelles expériences cinématographiques

Partager sur
Recherche

Imaginer des expériences cinématographiques grâce aux nouvelles technologies, immerger toujours plus le spectateur dans une histoire, le faire interagir avec ce qui se passe devant ses yeux, voici un territoire d’exploration que des nombreux artistes et chercheurs ont arpenté depuis les Frères Lumière.

Comme l’ambitionne Emotive VR, et si vos émotions dictaient ce qui se passe devant vos yeux ?

Ce projet de recherche artistique et scientifique, soutenu par le RFI Ouest Industries Créatives, est porté par l’artiste Marie-Laure Cazin, ancienne du Fresnoy, studio national des arts contemporains et enseignante à L’École supérieure d’art et de design TALM Le Mans, en partenariat avec le LS2N (laboratoire des sciences du numérique de Nantes). Il a également reçu le soutien du fonds Artex (Art, Technologie, Expérimentation) en Pays de la Loire.

 

 

Après un premier projet en cinéma traditionnel, les recherches s’appuient cette fois-ci sur les technologies de réalité virtuelle et de vidéo 360°. A travers ce nouveau prototype, le spectateur assiste à la dernière hypnose du jeune Freud avant son invention de la psychanalyse. Il peut choisir de prendre littéralement la place du docteur ou de son patient et donc de vivre la scène de deux points de vue différents.

 

Recherches sur l’interaction et la narration

Muni d’un casque EEG (électro-encéphalogramme), le spectateur agit également sur le film (variations dans les séquences et dans l’ambiance sonore et musicale) en fonction de ses ondes cérébrales, analysées en terme d’émotions, en temps réel.

Il agit donc de manière incontrôlée, base du travail artistique de Marie-Laure Cazin, qui termine actuellement une thèse sur le cinéma interactif.

 

 

Le projet a nécessité le tournage et la post-production des séquences en vidéo 360° grâce au soutien des sociétés Le Crabe Fantôme et DVGroup et de stagiaires de l’École supérieure d’art et de design TALM Le Mans. Matias Harju, concepteur finlandais, a par exemple travaillé sur la musique interactive.

 

Recherches sur la qualité de l’expérience audiovisuelle

Côté LS2N, le projet rejoint les thématiques abordées par l’équipe IPI (Image Perception Interaction), notamment sur l’analyse et l’amélioration de la qualité de l’expérience devant une œuvre audiovisuelle.

Plusieurs problématiques de recherche se sont ainsi posées à Toinon Vigier (Maître de conférences à l’Université de Nantes) et ses stagiaires :

  • créer des algorithmes capables d’analyser les ondes cérébrales en temps réel ;
  • comprendre comment un spectateur vit une expérience en réalité virtuelle ;
  • trouver la bonne ergonomie pour coupler un casque de réalité virtuelle et un casque EEG et garantir une expérience optimale pour le spectateur.

 

Un projet à vocation internationale

Après avoir été présenté au colloque « L’œil distrait », au Fresnoy Studio national des Arts Contemporains en mars 2018 (organisé par le Labex H2H Paris 8 avec L’Université de Lille, CEAC), Emotive VR a rayonné dans plusieurs événements scientifiques internationaux : à ACM International, Conference on Interactive Experiences, TVX, (Séoul, Corée, juin 2018), au colloque « Virtual Reality (VR) as a Transformative Technology to Develop Empathy », International Summer Symposium (Université Autonome de Madrid (UAM), juin 2018), .

 

La dimension internationale du projet repose également sur l’implication de partenaires internationaux du programme OIC. Plusieurs stages recherche ont été réalisés par des étudiants de master d’Aalto University (Helsinlki, Finlande) et d’Hanyang University (Séoul, Corée).

 

Enfin, prototype sera finalisé et présenté au public en 2019 lors de festivals et de résidences de rayonnement international, notamment Laval Virtual (Art&VR Gallery) en mars 2019.